Into the Galaxy

Che – Guerilla ( de Steven Soderbergh – 2009 ) 1 février 2009

Filed under: films,vu au cinéma — Géronimo Ier @ 23:20
Tags: , ,

Che - GuerillaL’histoire: Après la Révolution Cubaine, la gloire et la puissance du Che sont au plus haut. En témoigne sa harangue enflammée aux Nations Unies, réitérant son engagement dans le combat du tiers-monde contre l’impérialisme américain. Plus qu’un soldat, le Che est devenu une figure glamour de la scène internationale. Mais, soudain, voilà qu’il disparaît. Pourquoi a t-il quitté Cuba ? Vers quelle destination ? Est-il seulement en vie ? Le Che réapparaît en Bolivie, incognito et méconnaissable, oeuvrant clandestinement à la constitution d’un petit groupe de camarades cubains et de recrues boliviennes censé amorcer la grande Révolution Latino-américaine. La campagne bolivienne est une ode à sa tenacité et à son sens du sacrifice. Elle nous permet de comprendre pourquoi le Che reste un symbole universel d’héroïsme et d’idéalisme. Son échec entraînera la mort du Che.

Mon avis: Inutile ! Seul un film aurait suffit pour raconter correctement l’histoire du Che. D’une part, nous n’apprenons pas grand chose de plus sur l’homme, et d’autre part, cette seconde partie traîne en longueurs. Une déception pour moi.

Ma note: 3.5/10

Publicités
 

Che – l’Argentin ( de Steven Soderbergh – 2009 ) 30 janvier 2009

Filed under: films,vu au cinéma — Géronimo Ier @ 21:58
Tags: , ,

Che - L'ArgentinL’histoire: Cuba, 1952 : le général Fulgencio Batista fomente un putsch, s’empare du pouvoir et annule les élections générales. Bravant ce dictateur corrompu, un jeune avocat, Fidel Castro, candidat à la députation sous la bannière du Parti du Peuple, passe à l’action. Dans l’espoir de provoquer un soulèvement populaire, il attaque avec 150 jeunes la caserne de Monaca le 26 juillet 1953. L’opération échoue ; Castro passe deux ans en prison. Amnistié en 1955, il s’exile à Mexico. Pendant ce temps, au Guatemala, un jeune Argentin idéaliste, Ernesto Guevara, se lance en politique. En 1954, lorsqu’un complot militaire soutenu par la CIA renverse le gouvernement, démocratiquement élu, de Jacobo Arbenz, Guevara se réfugie au Mexique. Après une première prise de contact au Guatemala, il rejoint un groupuscule révolutionnaire cubain. le 13 juillet 1955, dans un modeste appartement de Mexico, Raul Castro présente Guevara à son frère aîné, Fidel. Une rencontre discrète, qui marque une date clé dans l’histoire de Cuba. Guevara se voit immédiatement confier une opération de guérilla en vue de renverser Batista. Les Cubains affublent le jeune rebelle d’un sobriquet courant en Argentine : « Che ». 26 novembre 1956 : Fidel Castro embarque pour Cuba avec 80 rebelles. L’offensive se solde par un massacre : seuls douze hommes en réchappent, dont le Che (médecin du groupe) et Castro. Réfugiés dans la Sierra Maestra, les « barbudos » déclarent la « guerre totale » au régime de Batista. Guevara prouve ses qualités de combattant et se rend indispensable à ses compagnons. La résistante s’intensifie, gange toute l’île. 1er janvier 1959 : les rebelles célèbrent leur victoire à Santa Clara, le dictateur s’enfuit. Fin de la 1ère partie…

Mon avis: Si les avis de la presse et du public sont partagés et même mitigés, de mon côté, je conseille ce film. D’abord pour l’histoire du Che dont on connait bien plus souvent la face imprimée sur du merchandising que l’homme et son combat idéologique auprès de Fidel Castro. Cette première partie remet donc les pendules à l’heure sur le mythe.
Ensuite, les films de Soderbergh sont toujours un poil particulier ! J’ai eu du mal à entrer dans le choix de la mise en scène qui passe de la narration à des sauts dans le temps. Pas facile à suivre au début mais on s’y fait. On s’y fait d’autant plus vite que le Che campé par Benicio del Toro me paraît très probable. Il nous apparaît tel le Che d’un documentaire. Et il en va de même pour Fidel Castro. Les mimics de Demian Bichir ( l’interprète de Fidel ) sont très efficaces.
A voir donc, que cela soit pour s’instruire un peu et puis aussi si vous aimez les films historique de guerre.

Ma note: 8/10