Into the Galaxy

Gran Torino ( De Clint Eastwood – 2009 ) 24 mars 2009

Dr [E]astwood

gran-torinoL’histoire: Walt Kowalski est un ancien de la guerre de Corée, un homme inflexible, amer et pétri de préjugés surannés. Après des années de travail à la chaîne, il vit replié sur lui-même, occupant ses journées à bricoler, traînasser et siroter des bières. Avant de mourir, sa femme exprima le voeu qu’il aille à confesse, mais Walt n’a rien à avouer, ni personne à qui parler. Hormis sa chienne Daisy, il ne fait confiance qu’à son M-1, toujours propre, toujours prêt à l’usage…
Ses anciens voisins ont déménagé ou sont morts depuis longtemps. Son quartier est aujourd’hui peuplé d’immigrants asiatiques qu’il méprise, et Walt ressasse ses haines, innombrables – à l’encontre de ses voisins, des ados Hmong, latinos et afro-américains « qui croient faire la loi », de ses propres enfants, devenus pour lui des étrangers. Walt tue le temps comme il peut, en attendant le grand départ, jusqu’au jour où un ado Hmong du quartier tente de lui voler sa précieuse Ford Gran Torino… Walt tient comme à la prunelle de ses yeux à cette voiture fétiche, aussi belle que le jour où il la vit sortir de la chaîne.
Lorsque le jeune et timide Thao tente de la lui voler sous la pression d’un gang, Walt fait face à la bande, et devient malgré lui le héros du quartier. Sue, la soeur aînée de Thao, insiste pour que ce dernier se rachète en travaillant pour Walt. Surmontant ses réticences, ce dernier confie au garçon des « travaux d’intérêt général » au profit du voisinage. C’est le début d’une amitié inattendue, qui changera le cours de leur vie.
Grâce à Thao et sa gentille famille, Walt va découvrir le vrai visage de ses voisins et comprendre ce qui le lie à ces exilés, contraints de fuir la violence… comme lui, qui croyait fermer la porte sur ses souvenirs aussi aisément qu’il enfermait au garage sa précieuse Gran Torino…

Mon avis: Je dois avouer une légère carence en films de Clint Eastwood réalisateur. Ainsi je n’ai toujours pas vu Million Dollar Baby, Mémoires de nos Pères ni non plus Lettres d’Iwo Jima. Partageant ma vie avec une fan de Clint et le film passant sur les écrans en plein Printemps du Cinéma, je n’allais pas me priver d’une séance de rattrapage.
C’est chose faîte donc et pour mon plus grand bonheur. Car si le Clint réalisateur est en train de mettre tout le monde d’accord sur son talent ces dernières années, je peux vous affirmer que le Clint acteur n’a rien perdu de sa splendeur ! Transposé dans le rôle d’un vieil américain moyen avec un humour très vachard, il met tout le monde au pli. On ressent même un plaisir coupable à rire de ses répliques racistes. C’est parfois gênant, mais c’est parfaitement dans le ton.
On a déjà vu des films où le type est un sale con, et au contact de personnes complètement différentes, devient par la suite LE type bien. Si ça peut paraître « téléphoné » comme histoire, je peux vous garantir que le jeu en vaut la chandelle.
Allez donc vous le vieux Clint, vous m’en direz des nouvelles !

Ma note: 9/10

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s